Sélection de la langue

Recherche

Les roches des Maritimes: elles viendraient du Sud?

Couches de cendres volcaniques multicolores, Cape St Mary (N.-É.) Photo – Rob Fensome (PhD)

Couches de cendres volcaniques multicolores, Cape St Mary (N.-É.) Photo – Rob Fensome (PhD)

Les sédiments, roches et fossiles qui reposent sous les vastes terres et océans du Canada ont plus d’une histoire à raconter. Découvrir ces histoires, les déchiffrer, c’est la spécialité des scientifiques de la Commission géologique du Canada (CGC) de RNCan. En effet, depuis 175 ans, les explorateurs de la CGC et leurs homologues provinciaux et territoriaux ont joué un rôle majeur dans la découverte des histoires géologiques du Canada : toute découverte en mène à une, c’est une vraie « histoire sans fin ».

L’une des histoires géologiques les plus fascinantes des provinces des Maritimes est peut-être celle que l’on voit émerger de l’incroyable diversité des roches de la région, diversité que l’on constate en particulier le long des côtes. C’est complètement différent de ce qu’on retrouve dans le sud de l’Ontario, par exemple, dont le socle est composé principalement de larges étendues d’affleurements calcaires horizontaux. Les Maritimes sont constituées de parties de la croûte terrestre qui se sont formées à l’origine dans l’hémisphère Sud : du pôle Sud, en fait. Oui, vous avez bien lu, du pôle Sud. On s’est rendu compte que, pour la plus grande part, les roches anciennes de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick provenaient de microcontinents (que les géologues appellent des terranes), qui se situaient dans l’« extrême sud » il y a 400 à 500 millions d’années. Cette fascinante histoire géologique fait de la région un terrain de jeu géologique des temps modernes, d’après les scientifiques de la CGC de l’Institut océanographique de Bedford (IOB), à Darmouth.

Les microcontinents Ganderia, Avalonia et Meguma se sont formés il y a 500 millions d’années près du pôle Sud. Après 400 millions d’années, ils sont devenus partie intégrante de plus gros continents, et ont fini par former des parties des provinces des Maritimes telles que nous les connaissons aujourd’hui.

Les microcontinents Ganderia, Avalonia et Meguma se sont formés il y a 500 millions d’années près du pôle Sud. Après 400 millions d’années, ils sont devenus partie intégrante de plus gros continents, et ont fini par former des parties des provinces des Maritimes telles que nous les connaissons aujourd’hui.

Roches sédimentaires métamorphosées de Meguma à Blue Rocks, en N.-É. Les bandes claires et foncées représentent les couches sédimentaires déposées près du pôle Sud sur le fond d’un océan qui n’existe plus depuis longtemps. Les roches ont été profondément enfouies, pliées et plissées par les forces tectoniques, puis ont été soulevées, et arrondies par l’érosion, pour en arriver à leur position et leur apparence actuelles. Photo – Rob Fensome (PhD)

Roches sédimentaires métamorphosées de Meguma à Blue Rocks, en N.-É. Les bandes claires et foncées représentent les couches sédimentaires déposées près du pôle Sud sur le fond d’un océan qui n’existe plus depuis longtemps. Les roches ont été profondément enfouies, pliées et plissées par les forces tectoniques, puis ont été soulevées, et arrondies par l’érosion, pour en arriver à leur position et leur apparence actuelles. Photo – Rob Fensome (PhD)

Rob Fensome, chercheur scientifique à GCG Atlantique à l’IOB, explique que nous connaissons la latitude à laquelle les roches ont été formées, parce qu’une grande quantité de leurs minéraux ferrugineux ont acquis une signature magnétique que l’on peut utiliser, grâce à des instruments sophistiqués, pour déterminer la latitude à laquelle elles ont été formées à l’origine.

Roche sédimentaire formée lorsque le sud de la Nouvelle-Écosse était un microcontinent, le terrane Meguma, près du pôle Sud. Photo – Julie Root

Roche sédimentaire formée lorsque le sud de la Nouvelle-Écosse était un microcontinent, le terrane Meguma, près du pôle Sud. Photo – Julie Root

La signature magnétique des roches n’est pas la seule preuve que les terranes des Maritimes ont passé des millions d’années dans le Sud. Lorsqu’ils se sont amalgamés à de plus gros continents, ce qui a fini par former le supercontinent Pangea, les terranes, faisant désormais partie de cette plus grande entité, ont continué de se déplacer vers le nord. C’est logique, si la région a commencé près du pôle Sud il y a quelque 500 millions d’années, qu’elle se soit ensuite déplacée en direction de latitudes moyennes du nord, et ait traversé l’équateur. La preuve que cette région a traversé les tropiques, à part les données magnétiques, vient des dépôts de sel (comme ceux que l’on trouve à Malagash, en N.-É.), de potasse (par exemple à Sussex, au N.-B.) et de gypse (dans la région de Windsor, en N.-É.). Fensome fait remarquer que ces épaisses formations d’évaporites peuvent seulement avoir été formées dans des mers chaudes et des conditions sèches typiques des tropiques. Un peu plus tard, du point de vue géologique, des conditions tropicales humides ont prévalu, ce qui a conduit au dépôt de tourbe dans de grands bassins. Au fil du temps, après des périodes d’enfouissement et sous l’action du compactage, les dépôts de charbon des Maritimes se sont formés. Ces preuves confirment que la région a traversé les tropiques il y a environ de 375 à 275 millions d’années.

Spécimen de gypse – Le gypse est un minéral qui se forme dans les mers en évaporation et dans les fentes connexes de la croûte terrestre. Il y a plusieurs variétés de gypse : l’exemple ci-haut est du gypse fibreux, nommé ainsi en raison de sa texture fibreuse. Photo – Julie Root

Spécimen de gypse – Le gypse est un minéral qui se forme dans les mers en évaporation et dans les fentes connexes de la croûte terrestre. Il y a plusieurs variétés de gypse : l’exemple ci-haut est du gypse fibreux, nommé ainsi en raison de sa texture fibreuse. Photo – Julie Root

Falaises de gypse à Sweets Corner, près de Windsor, en N.-É. Ces épais dépôts d’évaporites des Maritimes sont la preuve indiscutable qu’une grande partie de la région a traversé les tropiques il y a environ 350 millions d’années. Photo – Rob Fensome (PhD)

Falaises de gypse à Sweets Corner, près de Windsor, en N.-É. Ces épais dépôts d’évaporites des Maritimes sont la preuve indiscutable qu’une grande partie de la région a traversé les tropiques il y a environ 350 millions d’années. Photo – Rob Fensome (PhD)

Du grès aux roches volcaniques, en passant par le charbon et d’autres, on constate donc la riche diversité géologique des Maritimes, dont un des berceaux est le pôle Sud. Le long voyage de ces terranes, qui a duré des centaines de millions d’années, est source de bien des histoires et découvertes géologiques intéressantes, dans cette petite région. Dans les Maritimes, un scientifique n’a pas besoin d’aller loin pour découvrir tout un nouveau monde géologique.

Date de modification :