L’autre gaz inodore et invisible qui pourrait vous tuer

Il y a quelques semaines, nous avons parlé d’un monstre sous le lit.Vous connaissez probablement aussi les dangers du monoxyde de carbone (indice : vous ne pouvez ni sentir ni voir le monoxyde de carbone, mais il est mortel et vous devriez avoir un détecteur).

MAIS, connaissez-vous les risques du radon?

Une vidéo de Santé Canada qui traite de mesures simples pour réduire votre exposition au radon.

Youtube

Le radon est un gaz radioactifqui provient de la désintégration naturelle de l’uranium présent dans le sol et les pierres. Il est invisible, inodore et insipide (sans goût). Quand le radon présent dans le sol est libéré dans l’air extérieur, il se dilue et n’est pas préoccupant. Toutefois, dans un espace clos comme une habitation, des concentrations élevées de radon peuvent parfois s’accumuler et devenir un risque pour votre santé et la santé des membres de votre famille.

Des études révèlent qu’il s’agit de la deuxième cause de cancer du poumon après le tabagisme. Santé Canada estime que 16 % des cas de cancer du poumon chez les Canadiens peuvent être attribuables au radon.

Le radon est présent dans tous les immeubleset les habitations, mais la question est enquelle concentration?La bonne nouvelle, c’est qu’une fois que le test a été fait dans une habitation, il est relativement facile de réduire les concentrations de radon.

Il existe de nombreuses façons de réduire les concentrations de radon chez vous, mais l’un des plus communs est l’installation d’un système de dépressurisation du sol actif, où un tuyau et un ventilateur d’extraction sont utilisés pour dissiper le gaz afin d’éviter qu’il s’accumule dans la maison.

Les scientifiques Mathieu Brossard, Renato Falcomer et Jeff Whyte de Santé Canada étaient curieux de savoir si le climat froid du Canada avait une incidence sur ces systèmes, qui consistent habituellementen un tuyau qui part de sous le sous-sol, traverse la maison et sort par le toit.

En 2009, des mesures du radon prises près de Maniwaki (Québec) dans la réserve de la Première Nation des Anishinabeg de Kitigan Zibi ont montré que les concentrations de radon dépassaient les seuils des Lignes directrices sur le radon du Canada dans près de la moitié des habitations.

Quand Santé Canada etAffaires autochtones et du Nord Canada ont travaillé avec la communauté de Kitigan Zibi, les chercheurs ont pu mettre à l’essai diverses positions pour le ventilateur et l’évacuation, notamment des systèmes au-dessus du toit et des systèmes de mur latéral. Puisque le système de mur latéral est plus abordable et plus facile à installer, les chercheurs voulaient voir s’il pouvait être aussi efficace que le système habituel pour réduire les concentrations de radon.Ils voulaient aussi voir quel système pourrait résister aux possibles accumulations de neige et de glace pendant nos longs et froids hivers canadiens.

Légende : Illustration de deux différents systèmes de dépressurisation pour la réduction des concentrations de radon. À gauche, un système de mur latéral; à droite, un système au-dessus du toit.

Légende : Illustration de deux différents systèmes de dépressurisation pour la réduction des concentrations de radon. À gauche, un système de mur latéral; à droite, un système au-dessus du toit.

Comme publié dans HealthPhysics en février 2015(en anglais seulement),les résultats de la communauté des Anishinabeg de KitiganZibiont montré que l’évacuation par mur latéral avec ventilateur à l’intérieur était aussi efficace pour réduire les concentrations de radon que l’évacuation au-dessus du toit et que ce système avait de plus l’avantage d’être moins vulnérable à l’accumulation de glace, d’être moins cher à installeret d’employer une configuration de tuyau moins envahissante que le système au-dessus du toit.

Santé Canada inclut maintenant cette information dans son guide d’atténuation. Il est aussi envisagé d’inclure l’information dans les normes nationales relatives au radon pour les constructions neuves et existantes,dont l’élaboration est en cours.

LÉGENDE : Les scientifiques de Santé Canada Renato Falcomer et Steven Reid installent des appareils de mesure du radon en continu près d’un orifice d’évent dans le contexte d’une étude sur le terrain à Ottawa (Ontario).

LÉGENDE : Les scientifiques de Santé Canada Renato Falcomer et Steven Reid installent des appareils de mesure du radon en continu près d’un orifice d’évent dans le contexte d’une étude sur le terrain à Ottawa (Ontario).

Santé Canada a poursuivi des recherches sur le radon en collaboration avec des scientifiques du Bureau de la radioprotection qui a récemment mené une étude sur le terrain afin de mesurer les concentrations de radon dans environ 50 maisons situées dans la région d’Ottawa‑Gatineau. Toutes les maisons ont été dotées d’un système de réduction du radon muni de ventilateurs assemblés à l’intérieur et d’un évent latéral.Ces maisons présentent maintenant des concentrations inférieures aux Lignes directrices. La réduction moyenne du radon de 90,7 % confirme l’efficacité du système de paroi latérale. Les résultats de cette étude seront affichés sous forme de résumé sur le site Web de Santé Canada au cours des prochains mois. 

Le coût des mesures correctives standard, généralement effectuées par un entrepreneur, s’élèveront entre 1 500 $ - 3 000 $.

Alors maintenant que s’amorce la période la plus froide de l’année, il est temps pour vous d’acheter un test et de découvrir si VOUS avez du radon chez vous!

Pour en savoir plus

Information sur le radon de Santé Canada

Occupe-toi du radon

Prévenez les infiltrations de monoxyde de carbone dans votre maison

Date de modification :