Se servir de la génomique pour protéger les eaux douces du Canada

« Le Canada est un chef de file mondial de la recherche en génomique qui aboutit à des percées spectaculaires en sciences et qui transforme notre compréhension du monde qui nous entoure »

- Génome Canada

La génomique vise à comprendre la structure, la fonction et l’évolution des génomes et à les cartographier. On entend par génome l’ensemble complet des gènes d’un organisme.

Dans la foulée de la Journée mondiale de l’eau, qui a eu lieu le 22 mars dernier, nous tenons à souligner la participation de scientifiques d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) à un projet de génomique qui a récemment obtenu un nouveau financement de 867 000 $ de la part de Génome Canada dans le cadre du Programme de partenariats pour les applications de la génomique. Ce projet aidera les chercheurs à mieux comprendre les écosystèmes d’eau douce, pour veiller à ce que nos lacs et nos rivières demeurent en santé.

Le projet, intitulé « La biosurveillance communautaire et le métacodage à barres de l’ADN environnemental pour évaluer la santé des cours d’eau », est dirigé par M. Mehrdad Hajibabaei (D.Sc.) de l’Université de Guelph, en collaboration Laura MacLean d’ECCC et Elizabeth Hendriks du Fonds mondial pour la nature Canada (WWF Canada). Pour protéger les indispensables ressources d’eau douce, les partenaires du projet surveilleront les écosystèmes aquatiques à l’échelle du pays en utilisant le séquençage avancé de l’ADN (métacodage à barres). Avec l’aide de citoyens scientifiques locaux, les chercheurs recueilleront et analyseront des échantillons d’invertébrés benthiques (insectes aquatiques vivant dans les cours d’eau), qui sont d’excellents indicateurs de la santé de ces écosystèmes d’eau douce. Grâce au métacodage à barres, des chercheurs de l’Université de Guelph seront en mesure de déterminer rapidement et avec exactitude le séquençage génétique de ces échantillons. La capacité d’évaluer la biodiversité aquatique à l’aide de la génomique offre un outil puissant pour détecter et comprendre les changements environnementaux.

Ce qui distingue ce projet des autres est le fait qu’il soit pancanadien et qu’il soit basé sur la surveillance communautaire. Des représentants du WWF-Canada apprendront aux citoyens et aux groupes autochtones comment prélever des échantillons dans des cours d’eau de leur région.

Avec les effets négatifs de la pollution et des changements climatiques, il est plus important que jamais de protéger les ressources d’eau douce. Madame MacLean insiste sur l’importance d’avoir accès rapidement à des données représentatives sur la biodiversité pour prendre des décisions meilleures et plus éclairées. Certains programmes, comme le Réseau canadien de biosurveillance aquatique (RCBA) d’ECCC, possèdent un solide bilan pour ce qui est de fournir de tels renseignements aux décideurs, et leur efficacité n’en sera qu’accrue par l’adoption de méthodes de génomique.

Prochaines étapes

Ce projet, d’une durée de 3 ans, a été initié à la fin d’octobre 2018. L’été 2019 sera une saison de travaux sur le terrain, ce qui signifie que le WWF-Canada formera des membres et des intendants des communautés locales pour leur apprendre comment effectuer la surveillance, prélever des échantillons et remettre leurs résultats aux chercheurs. L’analyse génomique des échantillons et l’interprétation des données s’échelonneront sur toute la durée du projet, et les résultats finaux devraient être disponibles en 2021.

Si vous voulez participer à ce projet de recherche et aider à prélever des échantillons, veuillez communiquer avec Laura MacLean (ECCC), ou visitez le site du Fonds mondial pour la nature (WWF) pour obtenir de plus amples renseignements.

Date de modification :