Cahier d’activités 5 : Niveau intermédiaire

Destinées au groupe d’âge des 11 à 15 ans


Les changements climatiques

Ressources naturelles Canada

Lis les phrases suivantes au sujet des changements climatiques. Encercle le mot ayant une faute d’orthographe dans chaque phrase et écris-le correctement dans l’espace prévu.

1. Lorsque nous produisons de l’énergie à partir des combustibles fossiles, nous relâchons des GES dans l’atmossfère.

 

2. Partout dans le monde, les GES contribuent au réchauffement de la planète et au changement du climat : les chutes de pluie sont plus intenses, les houragants sont plus puissants et nous subissons davantage de vagues de chaleur.

 

3. Le Canada est un pays si vaste que les changements climatiques diffèrent en function de la région où nous habitons.

 

4. Les ours polaires vivent et chassent dans les glaces de mère nordiques, mais la taille de celles-ci diminue en raison des changements climatiques.

 

5. Lorsque les produits, que ce soit des aliments, des vêtements ou des jouets, doivent être transportés sur de longues distances avant de nous parvenir, cela produit de grandes quantités de GES en raison du carburant et des émissions produites par le transporc.

 

6. Lorsque nous exploitons notre propre énergie – par exemple en utilisant nos vélos pour nous rendre à l’école – nous aidons l’enviromnent.

 

7. Il est possible aussi de consommer moins d’énergie pendant l’été, par exemple en fermant les rideaux durant la journée au lieu de faire fonctionner le climatisseure.

 

8. Nous pouvons tous être des champyons de la lutte aux changements climatiques – en consommant uniquement l’énergie dont nous avons besoin.

 

Réponses des activités

haut de la page


Déchiffre les mots

Santé Canada

1.OPDRUITS HCIMQIEUS

Indice : Tous les produits ménagers en sont constitués

2.EOQXITU

Indice : Terme qui désigne des produits chimiques qui sont nocifs pour ta santé

3.CRROOFSI

Indice : Ceci signifie que ce qui se trouve dans le contenant peut brûler ta peau ou tes yeux

4.PSNOIO

Indice : Ceci indique qu’il ne faut pas avaler, toucher ou inhaler

5.FIMNLAAMEBL

Indice : Gardez ce contenant éloigné des sources de chaleur

6.XESPLOFI

Indice : Ne pas chauffer ou perforer ce contenant

7.TMAÈIERS DGARNESEUES

Indice : Sont aussi connus sous le nom de « produits dangereux »

8.TANTNETIO

Indice : Des blessures temporaires pourraient survenir

9.DEAGRN

Indice : Le produit peut causer des blessures temporaires ou permanentes

10.ADRNGE RETÊZEM

Indice : L’exposition à une très petite quantité peut causer de graves blessures. Soit extrêmement prudent.

Réponses des activités

haut de la page


Même protégé par une coquille, on est vulnérable

Pêches et Océans Canada

Être un œuf de saumon comporte certains risques. Voici certains facteurs qui tuent les œufs de saumon :

  1. la pollution
  2. le mouvement
  3. la vase qui trouble l’eau
  4. les températures extrêmes
  5. un changement du niveau de l’eau

Dans chacun des groupes d’œufs qui suivent figurent un ou plusieurs de ces facteurs. Pour découvrir ce qui peut représenter un risque pour les œufs de saumon, décode le messageen rayant les œufs marqués des lettres J, Q, ou Z. Ensuite, encercle le ou les facteurs (1, 2, 3, 4 et (ou) 5) que peut susciter la situation.

Même protégé par une coquille, on est vulnérable

Réponses des activités

haut de la page


Jeu-questionnaire sur l’environnement

Environnement Canada

1. Les insectes jouent un rôle dans les écosystèmes forestiers :

  1. En éliminant les vieux arbres
  2. En recyclant les éléments nutritifs
  3. En fournissant un nouvel habitat et de la nourriture à la faune
  4. Toutes ces réponses

2. Combien d’espèces d’arbres la forêt boréale du Canada compte-t-elle?

  1. 20
  2. 100
  3. 5
  4. 500

3. Lorsque le champignon dermatose des russules est infecté par un certain champignon parasite, il est si savoureux qu’il est très recherché par les restaurateurs.

  1. Vrai
  2. Faux

4. Planter un arbre est l’un des plus beaux gestes que vous puissiez poser pour votre environnement local et pour la planète entière pour les raisons suivantes :

  1. Ils produisent de l’oxygène
  2. Ils absorbent le dioxyde de carbone et les contaminants de l’air
  3. Ils fournissent un habitat aux oiseaux et aux autres espèces sauvages
  4. Toutes ces réponses

5. Pour veiller à ce que vos arbres soient bien plantés :

  1. Gardez une distance irrégulière entre les arbres
  2. Vérifiez que les racines sont à l'horizontale
  3. c. Plantez les arbres bien droit et profondément

6. On trouve environ le quart des quelque 140000espèces végétales, animales et des microorganismes du Canada dans la forêt.

  1. Vrai
  2. Faux

7. Quel service canadien administre un réseau d’aires protégées, qui protège quelque 11,8 millions d’hectares d’habitat faunique?

  1. Le Service de la Convention concernant les oiseaux migrateurs
  2. Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada
  3. Le Service canadien des aires écologiques

8. Tous les arbres du Canada peuvent être définis comme :

  1. Des résineux
  2. Des caducifoliées
  3. Des platanes
  4. a et b

9. Les forêts du Canada sont une source :

  1. De nourriture
  2. De plantes médicinales
  3. D’air pur
  4. D’eau
  5. Toutes ces réponses

10.Quelle est la plus grande forêt du Canada?

  1. Les basses terres de la baie d’Hudson
  2. Les forêts des Grands Lacs – de la voie maritime du Saint -Laurent
  3. La forêt boréale
  4. La forêt caducifoliée

Réponses des activités

haut de la page


Construire une catapulte à action mécanique

Conseil national de recherches Canada

Le tout premier minéral prélevé sur la surface rocheuse de la planète Mars l’a été en 2004 par les astromobiles Spirit (NASA) et Beagle 2 (ASE). En cette année 2050, la première colonie humaine vient d’être inaugurée sur Mars. Vous êtes un des scientistes de la colonie et vous avez découvert de nouveaux minerais. Vous désirez les envoyer de toute urgence sur la Terre pour les faire analyser. La colonie ne dispose que d’un nombre limité de matériaux de construction et d’articles recyclés. Vous devez construire un dispositif de lancement mécanique ou DLM (une catapulte) pour envoyer en orbite une capsule contenant des échantillons de minerai en orbite, où un Orbiter pourra la récupérer pour la ramener sur la Terre.

La capsule doit être lancée à un angle précis pour échapper à la gravité de Mars, et atteindre l’altitude voulue, où l’Orbiter est en attente.

Spécifications de design :

  • La « capsule » (une balle de ping-pong standard) doit être lancée par le DLM. Assurez-vous d’avoir un dispositif pour tenir la « capsule » en place.
  • Seuls les matériaux qui apparaissent sur la liste sont permis. Les décorations sont permises et encouragées, pourvu qu’elles ne nuisent pas à la fonction du DLM.
  • La catapulte doit tenir, une fois complètement assemblée, dans une boîte de papier à photocopie standard (432 mm x 279 mm x 225 mm), avec son couvercle. Une catapulte hors dimensions sera disqualifiée.
  • Tous les types de dispositifs de lancement sont permis (catapulte à proprement parler, trébuchet, fronde, etc.), mais ne peuvent être construits qu’avec les matériaux spécifiés.
  • Toute modification est interdite à la charge (balle de ping-pong).

Matériaux de construction permis :

  • papier, carton, journaux
  • bâtons de popsicle, abaisse-langue, cure-dents, baguettes chinoises, goujons
  • ficelle, laine, corde, tissu
  • plastique, mousse de polystyrène, caoutchouc
  • colle, pâte à modeler, ruban
  • crayons en bois CD
  • fuseaux (bois, plastique)
  • capsules de bouteilles (plastique)
  • peinture, décorations
  • pailles, bande élastiques
  • trombones
  • sable et pâte à modeler

EXCLUS : Verre , métal (sauf pour les trombones), souricières, bois (sauf les bâtons de popsicle, les abaisse-langue, les cure-dents, les baguettes chinoises, les crayons, les fuseaux, les goujons), ensembles de construction (Lego, Meccano, K’nex, etc.), piles électriques, et l’eau.

Équipes de 3 à 5 élèves qui assumeront les responsabilités que voici :

  • Le concepteur. Avec le concours des autres membres de l’équipe, il crée le modèle et obtient de l’enseignant ou de l’ingénieur bénévole l’autorisation d’en entreprendre la construction. Il trace les croquis de la DLM imaginée par l’équipe.
  • Le gestionnaire des matériaux . Il recueille les matériaux et note ceux employés par l’équipe pour construire son modèle.
  • Le constructeur . Il dirige la fabrication du prototype selon les croquis et apporte les modifications suggérées par les autres membres de l’équipe.
  • L’agent des relations publiques. Il sert de porte-parole à l’équipe en présentant son projet aux autres.

Conseils de construction :

  • La précision et la capacité de répéter les résultats obtenus sont essentielles au succès de la mission. Vous devez trouver un moyen de lancer votre capsule et d’obtenir les mêmes résultats lancement après lancement.
  • Réfléchissez aux différents angles de tir nécessaires pour atteindre chaque cible et aux moyens de calibrer votre DLM afin d’atteindre les différentes cibles. (Truc : réfléchissez à l’utilisation que vous pourriez faire d’un rapporteur d’angle!) Tenez également compte de la hauteur du plafond dans l’aire de lancement.
  • Assurez-vous que le DLM est assez robuste pour survivre à de multiples rondes d’essais.
  • S’il y a des pièces délicates sur votre DLM, faites quelques « pièces de rechange » qui peuvent facilement s’ajuster en cas de dommages pendant la compétition.

Critères d’essai des DLM :

Lorsque la construction est terminée, les équipes se réunissent afin de tester leur DLM et de le comparer à celui des autres équipes de la classe ou de l’école (pour plus de détails, voir « L’organisation de la finale »). Testez votre DLM et constatez si vous avez relevé avec succès le Défi du génie!

  • Les équipes doivent tenter d’atteindre les cibles avec la charge à trois distances différentes : 3 m, 4 m et 5 m. Utilisez des boîtes de papier pour photocopieur standard comme cible.
  • Créez un pas de tir sur le plancher afin de vous assurer que tous les DLM se trouvent à la même distance de la cible. Le DLM ne doit d’aucune manière toucher le plancher à l’avant de la ligne de démarcation tracée sur le plancher. Aucune partie du DLM ne doit traverser la ligne de lancement.
  • Délimitez la zone cible sur le plancher au moyen de ruban à masquer en traçant une ligne à 2,5 m de la partie la plus avancée du pas de tir. Tracez d’autres lignes à 3,5 m à 4,5 m et à 5,5 m. Vous vous trouverez ainsi à créer trois « zones cibles » où placer vos boîtes. La zone cible devrait mesurer 2 m et la boîte servant de cible, être placée au centre. (Voir illustration ci-dessous.)
  • Placez la première cible à 3 m, le centre de la boîte devant se trouver à 3 m de la partie la plus avancée du pas de tir. Placez la deuxième cible à 4 m et la troisième à 5 m.
  • Chaque équipe lancera sa cargaison sur la cible à deux reprises. La cargaison doit atterrir directement dans la boîte (aucun rebondissement toléré).
  • Les équipes ont droit à 1 point si le projectile atteint la zone cible et à 2 points si le projectile atterrit directement dans la boîte cible.
  • Les équipes doivent lancer leur charge dans les trois cibles successivement et dans l’ordre en commençant par la cible à 3 m.

Construire une catapulte à action mécanique 1

Critères appliqués par les juges : 

Les DLM sont jugés en fonction de leur performance ainsi qu’en fonction de l’ingéniosité de leur conception et de leur construction.

Performance :

La performance est établie en faisant le total des points accumulés au cours des Essais de lancement de la charge.

Construire une catapulte à action mécanique 2

Évaluation

Innovation/ qualité de l’exécution, imagination, minutie : /10 Points

Présentation par le préposé aux relations publiques et qualité de l’affiche : /5 Points

Note totale pour l’ingéniosité : / 15 Points

haut de la page


Qui suis-je?

Pêches et Océans Canada

Voici le code de la langue « saumonière ». Chaque lettre correspond à un numéro. Cherche la règle qui régit les paire s de lettres et de numéros et complète le code.

Maintenant, au moyen du code de la langue « saumonière », remplis les espaces libres. Une fois que tu auras terminé, les détails de mon existence te révéleront à quelle espèce de saumon j’appartiens.

  • a = 2
  • b
  • c = 4
  • d = 3
  • e
  • f
  • g
  • h
  • i = 10
  • j = 9
  • k
  • l
  • m
  • n
  • o
  • p = 15
  • q
  • r
  • s = 20
  • t
  • u
  • v = 21
  • w = 24
  • x = 23
  • y
  • z

Qui suis-je?

Réponses des activités

haut de la page


Mot croisée sur l’économie d’énergie

Ressources naturelles Canada

Mot croisée sur l’économie d’énergie

Horizontalement (de gauche à droite)

1. Véhicules qui alternent entre deux types d’énergie

2. Un moteur qui tourne au _______ gaspille de l’essence inutilement

3. Astre qui nous donne de la chaleur et de la lumière

4. Carburant provenant de plantes

5. Lorsque je vais à l’école à pied, je suis un _____

6. Pour garder la maison frais l’été, il faut ______ les rideaux pendant le jour

7. Électroménager à faire fonctionner seulement s’il est plein

8. Fabriquer de l’engrais à partir de déchets de cuisine

Verticalement (de haut en bas)

1. Un _______ utilise plus d’eau qu’une douche

2. Ampoules inefficaces

3. Un autre nom pour l’énergie renouvelable

4. Un véhicule utilise moins d’essence lorsque les _______ sont adéquatement gonflés

5. L’utilisation d’un ____________ est une façon économique de se garder au frais

6. Faire sa lessive à l’eau __________ permet d’économiser l’énergie

7. Le baisser au moment d’aller au lit

8. Acheter des articles avec moins d’__________

Réponses des activités

haut de la page


Fabriquez votre propre anémomètre

Environnement Canada

Objectif

Un anémomètre sert à mesurer la vitesse du vent. Vous pouvez en fabriquer un facilement à l'aide d'une balle de ping-pong et du rapporteur d'angle de votre trousse de géométrie.

Matériaux

  • Aiguille
  • Fil
  • Balle de ping-pong
  • Rapporteur d'angles

Fabriquez votre propre anémomètre

Méthode

  1. Coupez un bout de fil d'environ 20 cm de long. Enfilez l'aiguille et faites un gros nœud au bout dufil.
  2. Piquez l'aiguille d'un travers à l'autre de la balle de ping- pong. Tirez sur le fil jusqu'à ce que le nœud à l'autre bout bloque le mouvement du fil.
  3. Attachez le fil au centre de la base droite du rapporteur d'angles de sorte que la balle pende sous l'arc du rapporteur, où sont indiqués les angles. Si l'on tient le rapporteur à l'horizontale en l'absence de vent, la balle maintiendra le fil au-dessus du repère de 90°.
  4. Apportez le rapporteur à l'extérieur; tenez-le de niveau parallèle au vent. Le vent fera bouger la balle et, le cas échéant, prenez note de la position du fil sur le rapporteur. Inscrivez l'angle qu'a atteint la balle et utilisez le tableau ci dessous pour déterminer la vitesse du vent à partir de l'angle.
Vitesse du vent à partir de l'angle
Angle Kilomètres/heure
90° 0
85° 9
80° 13
75° 16
70° 19
65° 22
60° 24
55° 26
50° 29
45° 32
40° 34
35° 38
30° 42
25° 46
20° 52

haut de la page


Le saumon géniteur

Pêches et Océans Canada

Matériel nécessaire :

  • Deux cordes de 25 mètres de longueur
  • Quatre cônes de signalisation
  • Quatre à six tapis, roulés et attachés
  • Un exemplaire du document intitulé « Le saumon géniteur », pour chaque élève
  • Matériel nécessaire pour dessiner ou écrire

Temps nécessaire :

Environ 30 minutes au gymnase et 30 minutes dans la salle de classe

Préparation

  • Dans le gymnase ou un autre endroit ouvert, placez deux cordes sur le sol, parallèlement l'une à l'autre et à quatre mètres environ de distance. Marquez les extrémités des cordes à l'aide des cônes de signalisation. Expliquez aux élèves que les cordes représentent les berges d'un cours d'eau à rives parallèles.
  • Demandez aux élèves de s'asseoir dans le gymnase à un endroit où ils sont suffisamment éloignés les uns des autres pour ne pas se toucher.
  • Demandez-leur de s'installer confortablement et de fermer les yeux pendant que vous leur lisez le document intitulé « Le saumon géniteur ». Cela devrait leur permettre de se relaxer et de se concentrer sur les instructions données, tout en minimisant l'indiscipline.

Simulation

  • Demandez à six élèves environ de se déplacer lentement entre les cordes, comme s'ils étaient des saumons géniteurs remontant le courant. Demandez à six autres élèves de se tenir par le bras de façon à former une chaîne, et d'avancer rapidement (mais prudemment) entre les cordes, en direction opposée aux « saumons géniteurs ». Expliquez-leur qu'ils représentent une vague d'eau descendant le courant. Demandez au reste de la classe d'observer comment le courant entraîne les saumons géniteurs.
  • Disposez les tapis sur les cordes de manière à ce qu'ils chevauchent la « berge » et « le cours d'eau ». Expliquez aux élèves que les tapis représentent des troncs d'arbre, des rochers ou autres obstructions présentes dans le cours d'eau. Demandez à un autre groupe de « saumons géniteurs » de remonter le courant pendant qu'une autre « vague » suit le courant. Dites à la classe d'observer comment les saumons géniteurs peuvent se cacher derrière les troncs d'arbre pour se reposer et éviter les vagues.
  • Expliquez aux élèves que le gravier peut s'accumuler dans les eaux calmes et changer la configuration de la berge. Déplacez les cordes de façon à ce qu'elles contournent les troncs d'arbres ou autres obstacles. Demandez à un autre groupe de « saumons géniteurs » de remonter le courant pendant qu'une autre « vague » suit le courant. Demandez aux autres élèves d'observer comment la vague ralentit son mouvement alors qu'elle doit contourner les obstacles et comment elle en vient à « déplacer » la berge elle-même.

Discussion

Demandez aux élèves de décrire les difficultés de se déplacer le long du cours d'eau dans différentes conditions. Au besoin, posez-leur des questions comme :

  • Dans quel type de cours d'eau les saumons ont-ils eu le plus de difficulté?
  • Dans quel type de cours d'eau était-il le plus facile pour eux de se rendre jusqu'au bout?
  • En quoi certaines parties du parcours étaient-elles plus difficiles que d'autres?
  • En quoi ce cours d'eau ressemble-t-il à ceux que le saumon doit emprunter pour la montaison? En quoi leur est-il différent? Un saumon doit également sauter et glisser pour éviter une grande variété d'obstacles. Il est peut-être plus facile à un saumon qu'il ne l'est à un élève de passer à travers une « vague », mais le voyage du saumon est beaucoup plus long, et il n'a ni mains ni pieds pour se propulser.
  • Quelles sortes d'obstacles le saumon doit-il surmonter durant la montaison? Rapides, chutes, troncs d'arbre, barrages, sections de cours d'eau desséchées, filets de pêche, eau polluée, prédateurs, etc.
  • Quels éléments naturels aide le saumon durant sa montaison? Le saumon peut se reposer dans des fosses derrière des rochers ou des troncs d'arbre, ou dans des eaux plus calmes le long des berges. De plus, sa peau devient très résistante, il peut sauter très haut et se servir de ses muscles puissants pour se propulser.

Récapitulation

Demandez aux élèves de lire le document intitulé « Le saumon géniteur » et de trouver au moins cinq changements que les saumons subissent au dernier stade de leur vie. Demandez aux élèves de dessiner ou de décrire chacun pour soi les changements qui aident un saumon à se rendre au terme de sa montaison.

Le saumon géniteur

À l'étape finale de son cycle biologique, le saumon revient vers sa rivière ou son fleuve d’origine, puis jusqu'au cours d'eau ou lac où il a éclos. Certains parcourent ainsi plusieurs centaines ou même des milliers de kilomètres, nageant de 30 à 50 km par jour à contre-courant. Ils suivent l'odeur de l'eau vers leur cours d'eau d’origine. Les pêcheurs ou les prédateurs, comme les ours, les loutres, les ratons laveurs ou les aigles, attrapent de nombreux saumons durant la montaison.

Lorsqu'ils pénètrent dans l'eau douce, les saumons cessent en général de s'alimenter et vivent de leurs réserves lipidiques. Pour économiser de l'énergie, leur peau perd la pellicule visqueuse qui la protégeait, elle s'épaissit et se tanne, et les écailles commencent à se résorber. Certains organes internes s'affaiblissent parfois au cours du voyage.

L'apparence des saumons change considérablement alors que les mâles et les femelles développent des différences notables. Ils perdent leur couleur argentée et deviennent rouge foncé, verts, pourpres, bruns ou gris. Leurs dents s'allongent et leurs mâchoires se recourbent, particulièrement chez les mâles. La forme de leur corps change; chez certaines espèces, une bosse apparaît sur le dos. Les œufs se développent dans les ovaires des femelles, alors que les mâles produisent du sperme.

Lorsqu'elle atteint son cours d'eau ou lac d’origine, la femelle se sert de ses nageoires ou de sa queue pour trouver un endroit offrant du gravier de la bonne taille et des conditions d'eau adéquates. Avec sa queue, elle réarrange les cailloux du lit de gravier pour former un nid de frai (une petite fosse ressemblant à un nid dans le lit du cours d'eau ou du lac) où elle déposera ses œufs. La femelle dépose ses œufs dans le nid de frai, puis le mâle les féconde de son sperme. Certaines espèces déposent jusqu'à 6 000 œufs, mais la moyenne est d'environ 2 500. La femelle couvre ses œufs de gravier afin de les protéger, et construit souvent un deuxième ou un troisième nid de frai, dont les œufs pourront éventuellement être fécondés par d'autres mâles.

Les mâles et les femelles meurent dans les quelques jours qui suivent le frai. (La truite arc-en-ciel anadrome et la truite fardée peuvent survivre et se reproduire une seconde fois, mais ce cas est plutôt rare. S'ils survivent, ces saumons vides (ou saumons noirs ou charognards) retournent à la mer, puis reviennent frayer un ou deux ans plus tard. Ils peuvent se reproduire trois ou quatre fois au cours de leur vie.) Les carcasses des saumons morts se décomposent, libérant dans l'environnement des nutriments précieux, y compris des minéraux provenant de la mer. Les nutriments provenant des carcasses de saumons fournissent une riche source de nourriture à la faune, tout en fertilisant les berges des cours d'eau ou des lacs. Lorsque les carcasses aboutissent sur les rives, elles fertilisent également les forêts et les buissons. Les composés marins présents dans les carcasses des saumons sont parfois très rares en amont des cours d'eau. Si seulement un petit nombre de saumons retournait frayer, la pénurie de nutriments qui en découlerait appauvrirait l'environnement des forêts ou des cours d'eau, lesquels offriraient moins de nutriments nécessaires à la croissance des fretins ou d'autres espèces.

haut de la page


Le cercle de vie

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada

Les Premières nations avaient compris une des réalités les plus simples, mais souvent ignorées, de la vie : tous les éléments de la nature sont interreliés. On désigne souvent cette conception de la vie par l’expression cercle de vie. Dans notre ère technologique moderne, plusieurs d’entre nous peuvent trouver difficile de comprendre la complexité de l’interrelation entre tous les êtres vivants. Cette activité a pour but d’illustrer les liens entre la nature et les élèves ainsi que de montrer comment les actes des êtres humains peuvent briser le cercle de vie. Les plantes et les animaux, et l’environnement dans lequel ils vivent, créent un écosystème. Chaque élément et chaque être vivant maintiennent en vie l’écosystème en transférant l’énergie par la chaîne alimentaire.

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de cette chaîne :

  • du hareng au saumon au lion de mer puis à l’orque;
  • du scarabée à la musaraigne au serpent puis au renard;
  • de l’algue au têtard à l’achigan puis à la loutre;
  • de la bactérie au champignon à l’arbre puis à l’écureuil.

Objectif :

Cette activité a pour but d’illustrer comment l’absence d’un élément quelconque de la chaîne alimentaire peut nuire à l’ensemble de l’écosystème.

Méthode :

  • Permettez aux élèves de repérer une chaîne alimentaire qui leur est familière . S’ils n’en sont pas capables, ayez recours aux exemples suivants : les arbres constituent une importante source d’énergie dans une chaîne alimentaire. Les pucerons se nourrissent des éléments nutritifs qu’on trouve sur les feuilles des arbres, les corbeaux et les autres oiseaux mangent les pucerons, et les faucons et les aigles mangent les oiseaux. Enfin, le cercle se referme lorsque les carnivores meurent, se décomposent et retournent à la terre.
  • Libérez un grand espace dans la classe ou, encore mieux, allez dehors sur l’herbe. Attribuez à chaque élève un numéro entre un et quatre, et regroupez-les selon les numéros, par exemple, tous les numéros « un » ensemble, etc. Attribuez à chaque groupe un élément de la chaîne alimentaire. Par exemple, les numéros « un » sont des arbres et les numéros « quatre », des faucons. Formez maintenant le cercle de vie. Un élève de chacun des quatre groupes ira former le cercle. Les quatre élèves doivent se tenir debout, épaule contre épaule, en faisant face au centre du cercle. Quatre autres élèves se joindront au cercle, et ainsi de suite jusqu’à ce que tous les élèves en fassent partie.
  • Demandez aux élèves de se tourner vers la droite et de faire un pas de côté vers le centre. Chacun doit placer ses mains sur les épaules de l’élève devant lui. Dites-leur que vous compterez jusqu’à trois, et qu’alors, ils devront s’asseoir lentement sur les genoux de la personne derrière eux, en gardant leurs propres genoux ensemble pour supporter la personne devant eux.
  • Lorsque chacun est assis sur les genoux de l’autre, dites aux élèves que cela représente le cercle de vie. Expliquez-leur qu’une fois qu’ils auront apprivoisé cette activité, ils comprendront comment le transfert d’énergie influence un écosystème. Il faudra peut-être s’y prendre à plusieurs reprises avant que tout le groupe soit capable de conserver la maîtrise de soi et cette posture. Répétez cette activité jusqu’à ce que les élèves aient réussi. Lorsque le groupe a bien maîtrisé l’activité et qu’un cercle bien défini est formé, désignez un élève qui jouera le rôle d’un puceron. Dites aux élèves que des pesticides ont été déversés sur les champs et qu’ils se sont répandus sur les arbres environnants. Faites ensuite sortir le puceron du cercle. Si celui-ci ne s’écroule pas complètement, les élèves auront de la difficulté à le maintenir. On peut retirer des élèves du cercle pour diverses raisons : la coupe du bois, les déchets toxiques, l’expansion urbaine, l’érosion du sol, les pluies acides, le braconnage, les déversements d’hydrocarbures et les pêches excessives. À un certain moment de l’activité, si on enlève un trop grand nombre d’élèves, on détruira l’effet attendu. Les enseignants devront planifier soigneusement cette activité et y réfléchir à l’avance afin que les élèves puissent en retirer le plus de connaissances possible. Une fois l’activité terminée, les élèves devraient comprendre clairement que les gestes posés par l’être humain sur n’importe quel élément de l’environnement auront des conséquences sur le reste du cercle. Demandez aux élèves ce qu’ils ont appris et ce que l’activité signifie pour eux.

haut de la page


Météo et climat

Environnement Canada

Pour les besoins de l'exercice, vous devrez utiliser un ordinateur avec accès Internet, ou votre enseignant peut choisir de recueillir l'information pour l'ensemble de la classe. Vous pouvez vous servir des données sur la capitale de votre province ou territoire, ou choisir un autre emplacement parmi la liste des villes qui figure sur le site Web d'Environnement Canada à l'adresse suivante : http://www.meteo.gc.ca. Effectuez cet exercice à la fin d'un mois pour pouvoir faire le suivi des températures tout au long du mois suivant.  

  1. Cliquez sur le lien Temps passé dans le menu de gauche pour obtenir les normales climatiques de la ville de votre choix. Assurez-vous également que les températures maximales et minimales pour cet emplacement sont affichées sur la page Web des prévisions météorologiques.
  2. Repérez les températures maximales et minimales normales quotidiennes pour la ville de votre choix pour le mois suivant, puis tracez des lignes sur le graphique de la page suivante pour représenter ces températures. Utilisez une couleur différente pour chacune des températures, à l'exception du rouge ou du bleu. Par exemple, si la température maximale normale quotidienne est de 16,2 ºC, vous pourriez tirer une ligne droite en vert à cette hauteur, en partant du premier jour du mois jusqu'au dernier.
  3. Sur le site Web, la section Temps passé contient également des données climatologiques en ligne. Vous pouvez cliquer sur ce lien une fois par semaine pour obtenir les données réelles des températures maximales et minimales quotidiennes pour le mois qui vous intéresse et la ville de votre choix. Représentez graphiquement les températures quotidiennes à l'aide d'un crayon rouge pour les températures maximales et d'un crayon bleu pour les températures minimales. Reliez les points des valeurs de température par une ligne.
  4. À la fin du mois, comparez les lignes qui représentent les températures réelles à celles qui représentent les normales ou les températures moyennes.
    1. Les températures réelles correspondent-elles aux normales?
    2. Quelle ligne serait considérée comme des données météorologiques et l'autre comme des données climatologiques?
    3. Dans vos propres mots, expliquez en quoi ces lignes sont différentes.

haut de la page


Date de modification :