Romani Makkik, Shannon O'Hara, Betsy Palliser, et Carla Pamak

Ces conseillères en recherche inuites parlent de leurs efforts en vue de faire participer les résidants du Nord au PLCN et à ses recherches.

Transcription : Conseiller en recherche inuite

Shannon O’Hara :

Je pense que le poste de conseiller en recherche inuite est très important dans le Nord puisqu’il offre pour la toute première fois aux Inuits du Canada une possibilité réelle de se prononcer sur le déroulement des recherches dans leurs régions.

Je m’appelle Shannon O’Hara et je suis conseillère en recherche inuite pour la Société régionale inuvialuit, à Inuvik, dans les Territoires du Nord-Ouest. Je mène mes propres projets conformément au plan directeur des communications sur l’éducation. J’assure aussi la liaison entre les chercheurs et nos collectivités en communiquant de l’information au sujet de la recherche sur les contaminants.

Carla Pamak :

Je suis Carla Pamak, conseillère en recherche inuite pour le gouvernement du Nunatsiavut, à Nain, au Labrador. Dans le cadre de mes fonctions, je travaille beaucoup avec les chercheurs. Comme je suis la principale personne-ressource pour tous les projets de recherche au Nunatsiavut, je rencontre beaucoup de chercheurs et je peux les mettre en contact avec les collectivités ou leurs membres pour les aider à obtenir les meilleurs résultats possible dans le cadre de leurs recherches. L’inverse est aussi possible, c'est-à-dire que je peux mettre les résidants en contact avec les chercheurs s’ils souhaitent que des recherches soient effectuées dans leurs collectivités.

Romani Makkik :

Je m’appelle Romani Makkik et je suis conseillère en recherche inuite à la direction du développement social et culturel de la Nunavut Tunngavik Incorporated. Mon rôle consiste à examiner les projets financés dans le cadre du Programme de lutte contre les contaminants dans le Nord et à formuler des commentaires sur les projets proposés dans ma région. Je suis également membre du Comité sur les contaminants environnementaux du Nunavut, aussi chargé d’examiner les projets réalisés dans le cadre de ce programme.

Betsy Palliser :

Bonjour, je m’appelle Betsy Palliser et je suis conseillère en recherche inuite pour le Nunavik. En ma qualité de conseillère, je siège au Comité de la nutrition et de la santé du Nunavik chargé d’examiner les propositions et les rapports des chercheurs.

Shannon O’Hara :

À mon avis, l’importance de ce poste réside dans la possibilité de fournir aux membres des collectivités de l’information à jour sur les recherches et d’obtenir leur participation à l’échelle locale pour qu’ils puissent mener leurs propres recherches, accéder à de la formation, renforcer leurs capacités, et devenir les chercheurs qui effectueront les recherches communautaires.

Le Programme de lutte contre les contaminants dans le Nord existe depuis longtemps dans ma région. Nous y participons depuis sa création et il nous aide vraiment à faire des choix éclairés quant aux aliments traditionnels que nous consommons et à nous assurer qu’ils sont toujours sans danger pour la santé.

Romani Makkik :

L’intégration des connaissances traditionnelles des Inuits à la recherche est un aspect important des projets proposés, car cela donne une voix aux Inuits de la région et inclut les connaissances fondamentales de ces derniers. Je crois donc qu’il est primordial d’intégrer la recherche occidentale au savoir déjà utilisé dans la région.

Shannon O’Hara :

Depuis la création du poste de conseiller en recherche inuite, nos collectivités accueillent de façon beaucoup plus positive la communauté de recherche, car elles voient qu’un des leurs en fait partie. Elles auront beaucoup plus la confiance nécessaire pour accepter de prendre part aux recherches. Je suppose que ce poste leur fait davantage prendre conscience des avantages que leur procurent les recherches.

Romani Makkik :

J’ai la chance, vous savez, de pouvoir jeter un pont entre les membres des collectivités et les chercheurs.

Carla Pamak :

Ces recherches sont importantes pour nos peuples tout autant que le sont les résultats pour les chercheurs. Nous voulons donc que ces derniers sachent qu’ils peuvent travailler avec nous afin d’obtenir les meilleurs résultats possible pour leurs recherches et nos collectivités.

Shannon O’Hara :

Je veux simplement ajouter que ce poste est vraiment important pour moi, car le travail que nous effectuons aura une incidence sur la génération à venir, comme mes enfants, et même sur certains des aînés qui vivent dans notre région aujourd’hui. L’information est donc très utile pour tous les résidants de la région, y compris ma famille et moi-même.

Biographies

Shannon O'Hara (région désignée des Inuvialuit), Romani Makkik (Nunavut), Betsy Palliser (Nunavik) et Carla Pamak (Nunatsiavut) sont les conseillers en recherche inuite pour leurs régions respectives. Dans ces positions, elles servent de point de contact et de liaison sur les questions liées à la recherche pour les chercheurs et les membres de la communauté. Shannon est née à Inuvik, au Territoires du Nord-Ouest. Elle est diplômée du Programme de technologie de l'environnement et des ressources naturelles du Collège Aurora. Elle travaille pour la SocietéÉ Regionale Inuvialuit et participe au PLCN depuis le milieu des années 2000. Romani a grandi à Igloolik, au Nunavut, et elle travaille pour Nunavut Tunngavik Incorporaté à Iqaluit. Elle est le président du Comité des contaminants de l'environnement du Nunavut. Betsy travaille pour le gouvernement régional de Kativik. Elle assure également les communications entre les membres des collectivités et les chercheurs au Nunavik. Carla Pamak travaille pour le gouvernement du Nunavut . Elle travaille également à la coordination d'un nouveau programme du centre de recherche sur un congélateur communautaire à Nain.

Date de modification :