Sélection de la langue

Recherche

Lignes directrices pour la gestion des infections par le virus de l'hépatite B

Management of Hepatitis B Virus Infection: 2018 Guidelines from the Canadian Association for the Study of Liver Disease and Association of Medical Microbiology and Infectious Disease Canada. Clinical Practise Guidelines Committee (Co-Chairs: Coffin CS, Fung SK; Committee Authors: Alvarez F, Cooper CL, Doucette KE, Fournier C, Kelly E, Ko HH, Ma MM, Martin SR, Osiowy C*, Ramji A, Tam E, Villeneuve JP. Canadian Liver Journal Fall 2018; 1(4):156-217. doi: https://doi.org/10.3138/canlivj.2018-0008


Cet article scientifique décrit le rôle du Laboratoire national de microbiologie (LNM) dans l’élaboration du contenu des nouvelles lignes directrices canadiennes sur la gestion du virus de l’hépatite B (VHB), particulièrement en ce qui concerne les recommandations relatives aux analyses de laboratoire. Le VHB demeure un important problème de santé publique au Canada et le LNM continue de fournir des services de référence et de recherche pour contribuer à la compréhension de ce pathogène.

Que savait-on de ce domaine avant vos travaux et quel est le motif de cette recherche ?

L’hépatite B est une infection virale qui attaque le foie et peut causer des maladies aiguës et chroniques. Il s’agit d’un problème de santé publique mondial et du type d’hépatite virale le plus courant. On estime qu’environ 780 000 personnes meurent chaque année de complications découlant d’une infection au virus de l’hépatite B (VHB), dont la cirrhose et le cancer du foie. Selon une récente évaluation de la Fondation canadienne du foie, 250 000 à 460 000 personnes ont une infection chronique au VHB au Canada. Bien que les progrès des tests de diagnostic pour le VHB, des tests non invasifs pour l’évaluation des maladies hépatiques et des traitements antiviraux aient permis d’améliorer le pronostic de nombreux patients chez qui l’hépatite B a été diagnostiquée, des enjeux concernant la gestion du VHB au Canada persistent. Les principales lacunes sont les suivantes : prévention (les programmes de vaccination ne sont pas normalisés), diagnostic (identification des personnes à risque de cancer du foie au stade terminal et besoin d’un traitement) et accès (à un traitement efficace). Afin de combler certaines de ces lacunes, l’Association canadienne pour l’étude du foie et l’Association pour la microbiologie médicale et l’infectiologie Canada élaborent des lignes directrices pour informer et guider les professionnels de la santé dans la gestion du VHB. De nouvelles lignes directrices ont récemment été publiées, et l’équipe des hépatites virales et pathogènes transmis par le sang a joué un rôle déterminant dans l’élaboration des recommandations figurant dans les lignes directrices.

Quels sont les résultats les plus importants de vos travaux ?

Les lignes directrices sur le VHB abordent tous les aspects de l’infection, y compris les meilleures pratiques pour les tests de diagnostic en laboratoire. En raison de son travail sur le VHB, l’équipe a été appelée à diriger l’élaboration de la section des lignes directrices portant sur l’évaluation des laboratoires. Cette section traite notamment des meilleures pratiques de diagnostic (dépistage/tests) ainsi que de l’analyse moléculaire du génome du VHB pour obtenir des renseignements sur le génotype viral et la présence de mutations associées à la résistance aux médicaments, à l’échappement immunitaire et à la modification des profils d’expression. Ces aspects ont tous des répercussions sur la transmission, l’épidémiologie, les résultats cliniques et la prise en charge des patients. Les recommandations concernant les analyses de laboratoire fournissent une orientation complète en ce qui concerne les pratiques actuelles, ainsi qu’un aperçu des nouveaux tests de diagnostic que l’on envisage d’adopter.

Quelles sont les répercussions de la recherche ?

À l’égard des tests de diagnostic pour le VHB, les lignes directrices contiennent de l’information et des recommandations importantes qui guideront les médecins et le personnel de laboratoire dans l’adoption des meilleures pratiques pour la gestion de l’infection. Les lignes directrices se veulent d’abord un résumé des meilleures pratiques de gestion de l’infection, mais elles mettent aussi en évidence le besoin de ressources pour le traitement de l’infection et de travaux de recherche sur la pathogenèse et l’épidémiologie du VHB au Canada. Le LNM a pu jouer un rôle important dans l’élaboration de ces lignes directrices, qui sont aujourd’hui mises en application dans tout le pays et consultées à l’échelle mondiale.

Autres références importantes :

  • Lau KCK, Osiowy C*, Coffin CS. Hepatitis B virus (HBV) genome detection and genotyping in virally suppressed patients using nested polymerase chain reaction based Sanger sequencing. Diagn Microbiol Infect Dis 2019 Apr; 93 (4): 318-324. doi: https://doi.org/10.1016/j.diagmicrobio.2018.10.015
  • Osiowy C*, Coffin, C., Andonov A*. Review of laboratory tests used in monitoring hepatitis B response to pegylated interferon and nucleos(t)ide analog therapy. Curr Treat Options Infect Dis 2016; 8:177-93. doi: https://doi.org/10.1007/s40506-016-0080-x
  • Osiowy C*, Kowalec K, Giles E*. Discordant diagnostic results due to a hepatitis B virus T123A HBsAg mutant. Diagn Microbiol Infect Dis 2016 Jul; 85(3):328-33. doi: https://doi.org/10.1016/j.diagmicrobio.2016.04.004



Date de modification :