Sélection de la langue

Recherche

Le Laboratoire national de microbiologie observe la Journée mondiale de la tuberculose

Pour souligner la Journée mondiale de la tuberculose (24 mars) et le travail assidu du Laboratoire national de microbiologie (LNM) qui vise à empêcher la propagation de cette maladie infectieuse jugée prioritaire par les organismes de santé publique, le présent article scientifique expose certains de nos travaux en cours en lien avec la tuberculose. L’article porte plus spécialement sur le déploiement de personnel dans des régions éloignées du Canada afin d’offrir des services communautaires de dépistage de la tuberculose et de contribuer à renforcer la capacité des laboratoires dans ces régions. La tuberculose est une maladie qui peut être prévenue et guérie; c’est pourquoi le LNM continuera de travailler à réduire le nombre de cas de tuberculose et, idéalement, à éradiquer cette maladie infectieuse.

Que sait-on au sujet de la tuberculose ?

En dépit du fait qu’elle peut être traitée, la tuberculose se trouve au dixième rang des principales causes de décès dans le monde. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 10 millions de cas de tuberculose ont été recensés en 2017, et 1,6 million de décès étaient attribuables à la maladie. Pour contrer cette tendance, l’OMS a mis sur pied la « Stratégie pour mettre fin à la tuberculose », qui vise à réduire l’incidence mondiale de la maladie pour la faire passer à moins de 10 cas pour 100 000 habitants d’ici 2035. L’OMS a également demandé aux pays où l’incidence de la maladie est faible de réduire l’incidence à moins d’un cas par 100 000 habitants d’ici 2035. Le Canada s’est pour sa part engagé à atteindre la cible de l’OMS. En outre, l’administratrice en chef de la santé publique du Canada a insisté, dans son rapport intitulé « Le moment d’agir » (mars 2018), sur l’urgence de lutter contre la tuberculose au Canada. Le rapport fait état de la situation actuelle de la maladie au pays et mentionne les facteurs qui ont une incidence sur la maladie. Il énonce également la démarche stratégique de mesures concertées en vue d’enrayer la tuberculose au Canada.

Bien que le nombre de cas de tuberculose soit relativement bas au Canada, 1 737 cas ont tout de même été déclarés en 2016. La majorité des cas touchaient des Canadiens nés dans des pays où la maladie est endémique et des Autochtones. Il convient de noter que l’incidence de la tuberculose est près de 300 fois plus élevée chez les Inuits que chez la population non autochtone née au Canada. Ce taux élevé est principalement attribuable à des déterminants sociaux de la santé (tels que la pauvreté, les conditions de logement) et à l’accès inéquitable aux soins de santé.

Le LNM participe à un grand nombre d’activités en lien avec la tuberculose : il fournit notamment des services de référence et de diagnostic, exerce une surveillance et mène des activités de recherche appliquée. Il a d’ailleurs mis sur pied le Centre d’innovation en matière de diagnostic pour les maladies infectieuses (où l’on travaille à rendre les tests de dépistage de la tuberculose plus accessibles). Les passages qui suivent montrent l’expérience unique du LNM dans le déploiement de personnel et la collaboration avec des partenaires en santé publique au Nunavut, grâce à sa vaste expertise en laboratoire et à son expérience dans la lutte contre la tuberculose.

Déploiement des experts du LNM

En partenariat avec l’Inuit Tapiriit Kanatami, l’organisation nationale qui représente les Inuits, le gouvernement du Canada s’est engagé à former un groupe de travail afin d’éliminer la tuberculose dans le Nord du pays. Dans le cadre de cette initiative, le gouvernement du Nunavut (GN) appuie les collectivités où le risque de tuberculose est élevé en fournissant des services communautaires de dépistage de la maladie. Pour ce faire, le GN a demandé l’aide du LNM pour déployer du personnel qualifié afin de renforcer la capacité des laboratoires à proximité des points de service en matière de dépistage de l’infection tuberculeuse active ou latente (asymptomatique). La plate-forme de tests de dépistage utilisée au Nunavut a été approuvée par l’OMS. Cette plate forme est une percée importante dans le traitement des patients atteints de tuberculose et la lutte antituberculeuse, et vient renforcer les stratégies internationales visant à éradiquer la maladie.

Le LNM est un chef de file mondial dans les services de laboratoire mobiles, notamment dans le cadre d’interventions en cas d’éclosion (p. ex. soutien lors de l’éclosion du virus Ebola en Afrique occidentale) ou en appui aux enquêtes nationales relatives à la sûreté biologique. Grâce au soutien de la section Élaboration d’épreuves et diagnostic – microbiologie médicolégale, la Division des bactéries pathogènes a modifié la portée des déploiements afin d’appuyer les tests réalisés par le Centre national de référence en mycobactériologie dans les collectivités éloignées du Nunavut. Depuis que le GN a demandé l’aide du LNM en 2018, ce dernier a procédé à trois déploiements de personnel dans les collectivités de Qikiqtarjuaq, Whale Cove et Cape Dorset au Nunavut (entre le 11 février et le 5 mai 2019). Le LNM a affecté plus d’une douzaine d’experts qui travaillent par rotations de 2 à 6 semaines. Comme c’est le cas pour la majorité des déploiements, les employés travaillent plus d’heures qu’en temps normal. Cependant, ceux-ci ont indiqué que le fait de travailler en étroite collaboration avec des infirmiers, des médecins, des techniciens en radiologie, des techniciens en inhalothérapie et des représentants de la collectivité pour aider à fournir des soins de santé de première ligne est extrêmement gratifiant. Ces employés font preuve d’un dévouement et d’un engagement exemplaires dans leur appui à la santé publique au Canada.

Les experts du LNM déployés contribuent à renforcer la capacité des laboratoires du territoire et partagent leurs connaissances, notamment en donnant des conseils techniques, en faisant preuve de leadership en ce qui a trait aux tests de dépistage de la tuberculose, et en s’assurant que les tests sont effectués de façon sécuritaire dans les cliniques, dans le cadre d’un système de gestion de la qualité solide. Ces efforts exigent du temps, un travail de collaboration et une attention particulière aux détails. Toutefois, les résultats et les répercussions sur la santé publique des collectivités sont considérables. Grâce aux nouveaux tests de dépistage effectués dans les collectivités, les personnes qui n’avaient pas accès à ces soins pourront enfin passer un dépistage. De plus, il est désormais possible d’obtenir les résultats des tests de dépistage en quelques heures seulement plutôt qu’en plusieurs semaines (délai habituel dans les régions éloignées). Les tests de dépistage sont essentiels pour empêcher la propagation de la tuberculose. Le fait de diagnostiquer rapidement la maladie permet d’entreprendre immédiatement un traitement afin d’améliorer les résultats en matière de santé et contribuer à l’éradication de la maladie.

Quelles sont les répercussions de ces travaux ?

Les déploiements du LNM au Nunavut démontrent son leadership en science de laboratoire et l’esprit de collaboration qui règne dans ses relations avec les partenaires afin d’améliorer la santé publique. Le LNM mise sur son expertise pour donner accès à des tests novateurs de dépistage de la tuberculose dans les régions du Canada où les besoins sont les plus pressants. En facilitant l’accès aux tests de dépistage de la tuberculose, le Canada franchit une étape importante qui l’aidera à atteindre ses objectifs relatifs à l’éradication de la maladie. Le but de la Journée mondiale de la tuberculose est de sensibiliser la population à cette épidémie mondiale et de fixer des cibles pour enrayer la maladie. Alors que le LNM poursuit ses diverses activités en lien avec la tuberculose, la mise en évidence de son travail au sein des collectivités éloignées du Nunavut démontre, d’une certaine manière, que nous assurons un leadership en matière de laboratoire et que nous travaillons à faciliter et à améliorer l’accès aux tests de dépistage de la tuberculose pour l’ensemble des Canadiens.

Autres références importantes


Date de modification :