Sélection de la langue

Recherche

Éclosion de streptocoque du groupe A dans un centre d’entraînement militaire

Group A Streptococcus Outbreak in a Canadian Armed Forces Training Facility. Hammond-Collins K, Strauss B, Barnes K, Demczuk W*, Domingo MC, Lamontagne MC, Lu D, Martin I*, Tepper M. Mil Med. 2018 Aug 21. doi: https://doi.org/10.1093/milmed/usy198


Cet article scientifique met en évidence un travail collaboratif en examinant une éclosion d’infections invasives à streptocoque du groupe A (iSGA) dans une installation militaire canadienne. Les conclusions de ces travaux sont utilisées pour orienter les efforts déployés par l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) afin d’étudier cette menace croissante pour la santé publique et d’y réagir.

Que savait-on de ce domaine avant vos travaux, et quel est le motif de cette recherche ?

Le streptocoque du groupe A (SGA) est généralement une bactérie bénigne qui peut causer des infections légères comme une angine streptococcique ou la scarlatine. Cependant, dans des conditions particulières, une infection par le SGA peut devenir une infection invasive (iSGA) et causer des maladies graves et potentiellement mortelles, notamment une bactériémie, un syndrome de choc toxique et des infections des tissus mous comme l’infection à bactérie mangeuse de chair (fasciite nécrosante). Au Canada, les infections invasives à SGA sont à la hausse et ont connu entre 2010 et 2016 une augmentation de 43 %, passant de 4,2 à 6,0 cas pour 100 000 personnes. Dans la présente publication, nous avons effectué une enquête sur une éclosion d’infections invasives à SGA survenue en 2017 dans une garnison des Forces armées canadiennes (FAC) au Québec. Cette base militaire offre un entraînement de base et le logement aux recrues et au personnel dans un complexe de 13 étages, où la cohabitation à l’étroit facilite la transmission et la propagation de l’infection à SGA. Avant cette éclosion, aucune éclosion d’infection invasive à SGA n’avait été déclarée dans les FAC. On en sait très peu sur la façon dont le SGA se propage au sein d’une population ou de la raison pour laquelle la gravité de la maladie peut varier d’une personne à l’autre. Notre enquête nous a aidés à éclaircir quelque peu ces questions. Nous avons détecté un type de SGA relativement rare (emm6.4) et avons étudié comment il se propage au sein de la population contrôlée et confinée de la garnison.

Quels sont les résultats les plus importants de vos travaux ?

Au cours de l’enquête sur l’éclosion, plus de 700 écouvillonnages de gorge ont été prélevés; de ce nombre, 248 (35 %) se sont révélés positifs pour le SGA, dont 85 étaient de type emm6.4. Le séquençage du génome entier (SGE) a été effectué pour chacun des isolats de type emm6.4 recueillis au sein de la garnison, ainsi que pour des isolats de référence de type emm6.4 détectés dans d’autres parties de la province. Les données issues du SGE ont été utilisées pour déterminer les liens de parenté entre les souches, ainsi que pour identifier les déterminants de la résistance aux antimicrobiens, les toxines et les facteurs de virulence. Comme les isolats de type emm6.4 recueillis auprès du personnel militaire étaient fortement apparentés sur le plan phylogénétique et étaient distincts des autres souches de référence de type emm6.4 en circulation dans la province, il a été conclu que l’éclosion survenue dans la garnison était attribuable à une transmission locale parmi les membres de la garnison.

Quelles sont les répercussions de la recherche ?

Notre enquête a mis en évidence la nécessité d’établir un système de surveillance complet pour assurer le suivi des infections à SGA et des infections invasives à SGA, et de mettre en place d’autres pratiques de lutte contre les éclosions. Nos conclusions révèlent que la prévalence élevée du SGA dans cette garnison des FAC et les espaces communs de cohabitation à l’étroit ont créé un environnement propice à l’émergence et à la propagation de cas d’infections invasives à SGA. Par suite de notre enquête, des mesures de lutte contre les infections ont été mises en place dans cette garnison, notamment : une sensibilisation accrue à l’hygiène et à l’étiquette respiratoire, l’amélioration de l’observance du traitement médical, des séances d’information ouvertes et un changement de culture au sein de la garnison (permettre aux recrues de rompre les rangs pour tousser, éviter de crier à proximité du visage de quelqu’un et encourager les recrues qui présentent des symptômes à obtenir des soins rapidement). De plus, nos travaux ont permis de modifier les politiques et, notamment, d’élaborer des lignes directrices cliniques sur les normes de pratique et les situations d’éclosions, telles que des recommandations relatives à la prophylaxie de masse pour les éclosions de SGA futures dans cette base des FAC. Après l’observation pendant deux semaines d’une hausse subséquente du nombre de cas d’infections à SGA dans cette garnison en 2018, une prophylaxie de masse a été administrée et a entraîné l’élimination des infections à SGA au cours de cette saison. Les leçons retenues à la suite de cette enquête sur l’éclosion servent actuellement à l’élaboration de nouveaux documents d’orientation de l’ASPC sur les éclosions d’infections invasives à SGA et sur le traitement connexe.

Autres références importantes :

  • Teatero S, McGeer A, J Tyrrell GJ, Hoang L, Smadi H, Domingo MC, Levett PN, Finkelstein M, Dewar K, Plevneshi A, Athey TBT, Gubbay JB, Mulvey MR, Martin I*, Demczuk W*, Fittipaldi N. Canada-Wide Epidemic of emm74 Group A Streptococcus Invasive Disease. Open Forum Infect Dis. 2018 Apr 20; 5(5):ofy085. doi: https://doi.org/10.1093/ofid/ofy085
  • Sanchez JL, Cooper MJ, Myers CA, et al. Respiratory infections in the U.S. Military: recent experience and control. Clin Microbiol Rev. 2015 Jul; 28(3):743-800. doi: https://doi.org/10.1128/CMR.00039-14
  • Hoe NP, Fullerton KE, Liu M, et al. Molecular genetic analysis of 675 Group A Streptococcus isolates collected in a carrier study at Lackland Air Force Base, San Antonio, Texas. J Infect Dis. 2003 Sep 15; 188(6):818-27. doi: https://doi.org/10.1086/377644



Date de modification :