Sélection de la langue

Recherche

Examen des mesures de lutte contre le virus Chikungunya

A systematic review of individual and community mitigation measures for prevention and control of chikungunya virus. Hierlihy C*, Waddell L*, Young I, Greig J*, Corrin T*, Mascarenhas M*. PLoS One 2019 Feb 27; 14(2):e0212054. doi: https://doi.org/10.1371/journal.pone.0212054


Cet article scientifique examine le travail de collaboration d’une revue systématique sur le virus chikungunya (CHIKV). Le travail éclaire le processus d’atténuation et de prévention de la grave menace pour la santé publique que représente le virus transmis par les moustiques. Il devient vraiment important, au moment où la communauté mondiale de la santé publique se prépare à une éventuelle expansion de la répartition des vecteurs de maladies en conséquence du changement climatique, de trouver des stratégies efficaces afin d’éviter ce type de maladie à transmission vectorielle.

Que savait-on de ce domaine avant vos travaux et quel est le motif de cette recherche ?

Le chikungunya est un virus transmis par les moustiques qui rend l’humain malade. Les symptômes les plus courants de l’infection sont la fièvre et la douleur articulaire, mais certains cas entraînent des douleurs articulaires persistantes pouvant durer des mois, voire des années. Souvent, les symptômes sont légers, et l’infection passe inaperçue. Le CHIKV, endémique dans certaines parties de l’Asie et de l’Afrique, a causé plusieurs grandes épidémies dans le monde au cours des deux dernières décennies. En 2013, le virus s’est propagé pour la première fois aux Amériques et à des îles des Caraïbes. Comme il n’existe aucun vaccin contre le CHIKV, la meilleure protection contre l’infection consiste en des mesures de protection individuelle et en des interventions, par exemple de lutte antivectorielle, dans les collectivités. La revue systématique effectuée avait pour but l’obtention d’un aperçu des stratégies de prévention et de lutte explorées à l’échelle individuelle et communautaire et la détermination des stratégies les plus efficaces dans la prévention de la transmission du CHIKV.

Quels sont les résultats les plus importants de vos travaux ?

La revue systématique a permis le recensement de 81 articles pertinents, qui portaient sur l’efficacité des mesures d’atténuation individuelles et collectives dans la prévention des infections par le virus chikungunya. Six catégories de mesures ont été examinées : les mesures comportementales de protection (c.-à-d. l’élimination de l’eau stagnante, le port de vêtements couvrant les membres, afin d’éviter les piqûres de moustiques, l’emploi de répulsifs, l’emploi de moustiquaires de lits et de fenêtres dans les maisons), l’emploi d’insecticides, l’éducation de la population, la lutte biologique contre les vecteurs, la mise en quarantaine des personnes infectées et le contrôle de la qualité du sang et des produits sanguins. Les données des études se sont avérées très variables. Dans de nombreux cas, l’absence de mesure des résultats empêchait l’évaluation de l’efficacité de l’intervention examinée. De toutes les catégories de mesures, seul l’emploi d’insecticides dans les maisons et les zones touchées ainsi qu’autour de celles-ci offrait une protection constante. Cela ne signifie pas que les autres mesures d’atténuation sont inefficaces, mais plutôt que de nouvelles recherches sont nécessaires aux fins de l’amélioration de nos connaissances quant à la combinaison de mesures qui offrirait la protection la plus efficace contre l’exposition au CHIKV.

Quelles sont les répercussions de la recherche ?

La revue systématique a mis en lumière la nécessité de plus amples recherches pour l’évaluation de l’efficacité des diverses stratégies d’atténuation présentées. L’obtention de données probantes à l’appui des mesures d’atténuation qui, indépendamment ou ensemble, seraient les plus efficaces sur le plan de la protection contre l’exposition au CHIKV aidera les responsables de la santé publique à concevoir des programmes efficaces d’éducation et de lutte antivectorielle afin de réduire le risque de transmission locale du CHIKV. Une réduction de la transmission locale du CHIKV entraînerait aussi une diminution du risque de propagation du CHIKV à de nouvelles zones par l’intermédiaire de voyageurs infectés.

Autres références importantes :

  • Mascarenhas M*, Garasia S*, Berthiaume P*, Corrin T*, Greig J*, Ng V*, Young I, Waddell L*. A scoping review of published literature on chikungunya virus. PLoS ONE 2018 2018 Nov 29; 13(11):e0207554. doi: https://doi.org/10.1371/journal.pone.0207554
  • Corrin T*, Waddell L*, Greig J*, Young I, Hierlihy C*, Mascarenhas M*. Risk perceptions, attitudes, and knowledge of chikungunya among the public and health professionals: a systematic review. Trop Med Health 2017 Sep 4; 45(21). doi: https://doi.org/10.1186/s41182-017-0061-x



Date de modification :