Sélection de la langue

Recherche

Découvrir les mécanismes biologiques du vaccin VRS

Unveiling Integrated Functional Pathways Leading to Enhanced Respiratory Disease Associated With Inactivated Respiratory Syncytial Viral Vaccine. Russell MS, Creskey M, Muralidharan A, Li C, Gao J, Chen W, Larocque L, Lavoie JR, Farnsworth A, Rosu-Myles M, Hashem AM, Yauk CL, Cao J*, Van Domselaar G*, Cyr T, Li X. Front Immunol 2019 Mar 29;10:597. doi: https://doi.org/10.3389/fimmu.2019.00597


Cet article scientifique explique comment l’approche intégrée axée sur la biologie des systèmes a été utilisé pour faire la lumière sur une réponse immunitaire complexe et anormale à un vaccin contre un virus respiratoire. Ce travail fournit une explication biologique à des phénomènes précédemment inexpliqués et pourrait éclairer les futurs efforts pour comprendre les effets des vaccins.

Que savait-on de ce domaine avant vos travaux et quel est le motif de cette recherche ?

Le virus respiratoire syncytial (VRS) est un virus respiratoire commun pouvant entraîner des symptômes légers semblables à ceux du rhume chez les adultes en santé. Ce virus est pourtant la cause la plus fréquente de maladies respiratoires graves chez les nourrissons, les personnes âgées et les personnes immunodéprimées, et entraîne généralement des infections des voies respiratoires inférieures comme la pneumonie ou la bronchiolite. Malgré des décennies de recherche, il n’existe actuellement aucun vaccin approuvé contre le VRS. Les virus utilisés dans les vaccins sont généralement inactivés (tués) par des produits chimiques comme le formol. Ces virus sont trop faibles pour causer une infection, mais ils peuvent déclencher une réponse immunitaire, offrant ainsi une protection. Un essai clinique mené dans les années 1960 sur un vaccin anti VRS inactivé au formol a provoqué l’apparition d’une maladie respiratoire grave chez des enfants vaccinés qui ont été infectés par le VRS au cours d’une poussée saisonnière, causant la mort de certains d’entre eux. Ce phénomène est appelé « maladie respiratoire accrue associée au vaccin » (MRAV). Des tentatives ultérieures pour mettre au point des solutions de rechange à l’inactivation par le formol ont échoué et ont également été considérées comme ayant la capacité d’induire une MRAV. Afin de mettre au point un vaccin sûr et efficace contre le VRS, il est important de comprendre les mécanismes qui entraînent l’apparition d’une MRAV. Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont utilisé une approche axée sur la biologie des systèmes afin d’examiner l’évolution de la MRAV chez le rat des cotonniers, un animal dont la réponse humaine à l’infection par le VRS est semblable à celle de l’humain. La biologie des systèmes est une méthode qui consiste à analyser les interactions de systèmes biologiques complexes au niveau moléculaire et cellulaire.

Quels sont les résultats les plus importants de vos travaux ?

L’étude a révélé une hausse de l’activité de plusieurs voies génétiques importantes responsables de la production de substances produites par le système immunitaire, appelées cytokines. Certaines de ces cytokines jouent un rôle important dans la contraction des muscles lisses et contribuent à la constriction des poumons, ce qui correspond à la respiration laborieuse et à l’obstruction des voies respiratoires observées chez le rat des cotonniers vacciné contre le VRS par un vaccin inactivé au formol. L’une des autres réactions biologiques à ces cytokines est l’augmentation de différents types de globules blancs, une réaction caractéristique de la réponse immunitaire aux infections. Ces résultats associés à la MRAV ont permis d’approfondir notre compréhension de la réponse moléculaire aux vaccins. Fait intéressant à signaler, un déséquilibre des substances qui contrôlent la formation et la dégradation des caillots sanguins a été observé pour la première fois en lien avec cette maladie. Cette découverte met en lumière les mécanismes qui contribuent aux symptômes de la bronchiolite.

Quelles sont les répercussions de la recherche ?

La réponse de l’hôte aux vaccins fait intervenir des voies biologiques complexes et interdépendantes entraînant des modifications de l’activité génétique et des populations de cellules immunitaires chez l’hôte. L’approche intégrée axée sur la biologie des systèmes utilisée dans cette étude vise à examiner l’interaction entre les systèmes biologiques afin de comprendre les complications associées à certaines préparations vaccinales. Ce travail met en lumière les mécanismes moléculaires qui sous tendent la réponse immunitaire anormale pouvant se produire après l’administration d’un vaccin anti VRS inactivé au formol. Ces renseignements contribueront à la mise au point et à l’évaluation de vaccins sûrs et efficaces contre l’infection par le VRS.

Autres références importantes :




Date de modification :